Treks et voyages

 
Treks en Bulgarie
   1) La traversée du massif de Rila (4 jours)
2) La traversée du massif de Pirin (3 jours)
 
Randonner en Bulgarie est facile : nombreux refuges, souvent gardés où l'on peut manger et donc randonner avec un sac léger; le tout très bon marché. Des sentiers fréquentés et bien balisés. Existance de bonnes cartes. Peu d'engagement et d'isolement. Une météo plutôt stable en été. Il faut toutefois que je l'avoue : ce ne pas sont pas des paysages grandioses. Sans êtres moches, il reste un peu quelqueconque. J'ai largement préféré ceux de Pirin; plus escarpés.
Vous retrouverez => ICI une sélection de photos <=
 
Budget :
- Nuit en refuge : 12 à 15 lev par personne (dortoir).
- Nuit en guest house dans les villages ou au manastère : dès 15 - 20 lev par personne (dortoir).
- Repas en refuge : omelette 3-4, Chopka salad 5, Meatball 1/pièce, thé 0.5, câfé 1, bière 2-3.
- Transports : bus Sofia-Somokov 4, mini-bus Somokov-Borovets 1.20, métro à Sofia 1.60, les 2 trains Plodvid-Bansko 10-12, minibus Melnik- Sandaski 2, train Sandaski-Sofia 1.
 
 

 
 
1) La traversée de Rila
 
  Borovets - Musala - Sept Lacs - Risky Monastery
 

 
Brève description : Un trek classique, très fréquenté l'été. Traversée du massif de Rila par le plus haut sommet des Balkans et donc du pays, meilleure vue sur les fameux sept lac et arrivée au magnifique monastère de Rila (Risky Monastery). J'ai pas trouvé les paysages magnifiques; pas moches mais sans plus. L'étape entre Ribini Ezero et Maliovitsa est plus intéressante, ça vaut la peine de ne pas descendre par la piste au fond de la vallée qui mène au monastère. Globalement : mauvais acceuil dans les refuges bulgares. Bref, je recommande pas forcément ce trek. Notez qu'il est possible de relier ce trek à la traversée de Pirin en deux jours de marche. Prenez la carte du massif, il y a moyen de se concocter un itinétaire sur mesure, selon vos envies : les cabanes et chemins de rando sont nombreux.
 
Cartes : A acheter dans les librairies ou magasins de trekking de Sofia. Très bon marché (3-5 levas). J'ai trouvé une bonne carte (1:55'000) mais en cyrillique (c'est pas sorcier à apprendre) dans la librairie en face du Macdo sous-terrain de l'arrêt de métro de l'Université. Sinon, l'application gratuite SmartPhone ViewRanger basée sur OpenMapStreet. Il faut juste se méfier des sentiers tracés dessus... ils n'existent pas forcément. 
 
Gaz : On trouve des cartouches à gaz dans les magasins de sport outdoor de Sofia. Pour les cartouche Camping Gaz (si vous vous obstinez à voyager avec ça...), sûrement possible dans les Décathlons bulgares.
 
Accès : Accès rapide depuis Sofia. 
1) Se rendre à la gare routière Avtogare Yug. Pour y aller, métro (1.60 leva) jusqu'à l'arrêt Juliot-Curie. 400m de marche au bord de la grande route. Juste avant le pont, prendre le petit escalier qui descend sous le pont. La gare routière est ici.
2) Bus pour Somokov toutes les 30 minutes (4 levas). 1h de trajet.
3) Minibus Somokov-Borovets. Toutes les heures rondes entre 8 et 18h (1.20 levas). 15 minutes de trajet.
 
 
 
Mes étapes :
 
Temps de marche effectif (sans les pauses) pour un bon marcheur
 
Description des étapes :
Jour 1 : De Bovorets, il est possible de prendre le télécabine (10 levas), mais il est fermé les lundis et mardis, ainsi que les jours de mauvais temps (vent surtout). En plus, on ne gagne pas tant de temps que ça, environ 2h... Du sommet du télécabine, à 2369m, rejoindre la cabane de Musala.
Si vous ne prenez pas la cabine, prendre une piste dans la forêt sans intérêt (mais pas désagréable et ça avance vite). On la quitte judte avant d'atteindre le départ d'un télésiège. Chemin jusqu'à la cabane de Musala (moche et en chantier, ne donne pas envie d'y dormir). Ensuite, contourner le lac par la droite. Bon chemin jusqu'au petit refuge. Mauvais acceuil comme dans tous les refuges bulgares mais cadre pas trop vilain. Si on a pas envie de faire marcher ce refuge tellement l'acceuil est mauvais, on peut camper vers un panneau d'information, à 100m de la cabane environ. L'eau du lac est semble très pûre.
 
Jour 2 : Itinéraire de crètes avec plusieurs montées et descentes. Pas d'eau sur 14km mais possibilité de descendre en chercher dans les lacs en contre-bas, mais pas mal de temps perdu. Après 7km, on passe tout près  d'un refuge gardé. Quand le chemin oblige à droite, petits lacs mais souvent asséché. Il y a un tuyeau pour remplir un abreuvoir un peu plus loin. Descente finale raide pour le refuge de Ribini Ezero. Veillot mais ambiance (ex-)URSS intéressante.
 
Jour 3 : Présence d'eau régulièrement sur toute l'étape. Chemin évident jusqu'à un abris, où il est possible de dormir gratuitement... mais ça fait pas envie; plutôt sordide. Ensuite, longue montée progressive. Passage un peu moins aisé avant d'atteindre une autre cabane non-gardée et gratuite : sans confort, mais dans un cadre superbe, au bord d'un joli lac entouré d'impressionnants pics rocheux. Tout petit : pas sûr d'avoir un lit. Ensuite, traverser avec une légère montée avant d'attaquer la descente raide jusqu'au grand refuge de Maliovitsa. 
 
 Jour 4 : Peu de détail pour cette étape, j'étais malade; en trop mauvaise forme pour m'occuper du topo. En gros : montée jusqu'à une crète que l'on suit longtemps avant d'atteindre le fameux point de vue sur les sept lacs. Beaucoup de monde dans le secteur. Si vous voulez vous balader et descendre un peu vers les lacs, prévoir de dormir au refuge Ivan Vasov dans le secteur. Sinon, attaquer la très longue descente jusqu'au monastère. Attention, acceuil pour prendre une chambre seulement entre 18 et 19h. Il reste ouvert jusqu'à 21h pour les visites puis ferme ses portes : impossible d'y rentrer ou d'y sortir. Deux restaurants à l'extérieur du monastère. Celui vers la rivière ferme vers 19-19h30, l'autre beaucoup plus tard. Mêmes tarif, plutôt cher d'ailleurs.
 

 
2) La traversée de Pirin
 
 
La route du vin : Razlog/Bansko - Vihren - Melnik
 
Brève description : Egalement un trek classique, fréquenté l'été, un peu moins que Rila. Traversée du massif de Pirin par le deuxième plus haut sommet du pays. Trek plus intéressant que celui de Rila. Globalement : mauvais acceuil dans les refuges bulgares.Notez qu'il est possible de relier ce trek à la traversée de Rila en deux jours de marche. Prenez la carte du massif, il y a moyen de se concocter un itinétaire sur mesure, selon vos envies : les cabanes et chemins de rando sont nombreux.
 
Cartes : A acheter dans les librairies ou magasins de trekking de Sofia. Très bon marché (3-5 levas). J'ai trouvé une bonne carte (1:50'000) en anglais dans la librairie en face du Macdo sous-terrain de l'arrêt de métro de l'Université. Sinon, l'application gratuite SmartPhone ViewRanger basée sur OpenMapStreet. Il faut juste se méfier des sentiers tracés dessus... ils n'existent pas forcément. 
 
Gaz : On trouve des cartouches à gaz dans les magasins de sport outdoor de Sofia. Pour les cartouche Camping Gaz (si vous vous obstinez à voyager avec ça...), sûrement possible dans les Décathlons bulgares.
 
Accès :
- Depuis Sofia en bus pour Bansko, via Blagoevgrad.
- Depuis Plodvid, soit en bus direct pour Bansko (3-4h). Soit, plus long, mais plus joli/sympa et moins cher, en train. D'abord jusqu'à Septemvri puis le train sur les rails étroites (4 trains par jour), 5h pour Razlog ou Bansko (5 levas).
- Pour rentrer depuis Melnik, quelques minibus bien bondé pour Sadansky puis train (moins cher) ou bus (plus fréquents) pour Sofia.
 
 
 
 
 
Mes étapes :
 

 
 
Description des étapes :
Jour 1 : De Razlog, pas de bus pour le début du trek. A faire en stop ou en taxi... mais pas à pied, 2h sur la route goudronnée... non merci. Cette étape fait donc moins de 7h. J'ai marché jusqu'à l'interection avec la grande route (4km) puis fais du stop jusqu'au bout de la route.
Montée raide dans la forêt jusqu'au refuge de Yavorov. Moderne et bien entretenu, dès 12 leva la nuit, bon repas pas cher. Continuer de monter jusqu'à un abri. C'est un abri de secours, pas terrible d'y dormir : pas d'eau et pas de porte. Ensuite, on passe près d'un petit lac. Pas d'eau jusqu'au refuge Vihren ! En prendre donc suffisament, surtout si vous voulez cuisiner le soir et le lendemain matin à l'abri de Koncheto. Ensuite, monter jusqu'à un col qui fait la jonction entre plusieurs chemins. Prendre le chemin à gauche en contre-bas de la crète, qui monte légèrement jusqu'à l'abri de Koncheto. Pas de toilette ni d'eau. Juste 8 "lits" (il faut avoir un matelas de camping). Couvertures disponibles, mais froid sans sac de couchage. Minuscule... mais très sympa. Belle vue. Grartuit évidement.
 
Jour 2 : Plus belle étape de mes treks en Bulgarie (en fait, la seule vraiment belle du voyage...) Après avoir marché encore un peu sur le sentier en contre-bas de la crète, on arrive à la partie dite difficile. Franchement pas si impressionnant que ça. Un peu aérien. Très beau en tout cas. Main courante pour s'aider. A un moment, le cable de la main courante se divise en deux, rester sur la crète qui remonte jusqu'à un premier sommet d'où on a une vue surperbe sur le sommet du Virhen et les crètes. Descendre puis remonter par un sentier menant au sommet du Virhen. Assez raide par endroit, bien repérer les marques. Des chaînes pour s'aider par endroit.
Du sommet du Vihren, longue descente jusqu'à l'immense refuge de Virhen et son parking (hotel, restaurant, eau, 2-3 biscuits/chocolats à acheter).
Bon chemin passant près de plusieurs lacs. Plusieurs "side trips", mais une seule vraie bifurcation à ne pas manquer... prendre à droite. Plus haut, pssage par un pierrier facile (marques rouges). Au col, ne pas descendre mais continuer à monter par l'arrête de gauche. Long parcours d'arrête. On passe un deuxième petit col jusqu'à atteindre un lac où il y a une cabane; un des rares non reliée par une route. Cadre sympa, nourriture un peu plus chère (mais reste très correct vu qu'il n'y a pas d'accès par route), par contre : très mauvais acceuil (pire qu'ailleurs et c'est pas peu dire).
 
Jour 3 : Après le refuge, ne pas descendre vers les toilettes mais rester à plat jusqu'au pied du col. Courte montée pour atteindre le dernier col du trek. Descente abrupte. Puis, on marche dans un fond de vallée où les kilomètres défillent vite. Refuge de Pirin (en septembre, quasi fermé, presque rien à manger. Acceuil mauvais comme d'habitude).
Ensuite, un bout sur la piste. A la première bifurcation, repérer les marques de couleur qui indique la branche de la piste de gauche. Arrivé à 1590m, on quitte la piste principale. Marques rouges et/ou vertes. Pas toujours évident à suivre, surtout au niveau de la clairière à 1690m. Suivre les panneaux "Walk of peace" en bois. Trouver le panneau "Monastery 5h30". Chemin facile à suivre maintenant, alternance de plats et légèrees montées/descentes avant d'attaquer enfin la longue descente. On passe d'abord près du monastère de Rojen. Visite gratuite et intéressante puis superbe chemin vers de belles formations rocheuses jusqu'à Melnik.
 
 
 
 





Accueil
Qui suis-je ?

Les photos 

Me contacter :
julien.vog@hotmail.com
ou via Facebook

Me suivre sur
Instagram


Destinations :

... chez les Vikings :
Norvège
Islande
Suède
Groenland


... dans les Alpes :
Autriche
Slovénie
Suisse 
France 

... en Europe de l'Est, dans le Caucase et au Moyen-Orient :
Bulgarie
Arménie
Géorgie
Russie
Iran
Turquie

... dans l'Himalaya :
Inde
Népal

... en Asie du Sud-Est :
Indonésie
Philippines

... en Asie centrale :
Tadjikistan
Turkménistan
Kirghizstan

... en Océanie:
Nouvelle-Zélande 

... en Afrique:
Maroc 

... en Amérique du Sud:
Bolivie
Pérou
Argentine
Chili

… voyages à ski:
Alpes Lyngen (2014) 
Tyrol et Dolomites (2015) 
Kirghizistan (2016) 
Islande (2017)


Nombre de visiteurs depuis le 1er octobre 2013: